J’ai de l’acné, et alors ?

Sortir, rencontrer du monde, tomber amoureux(se)… L’acné peut parfois être une contrariété dans les moments importants de la vie. Raison de plus pour apprendre à l’accepter et reprendre le contrôle.

L’acné et le regard des autres

Pas facile d’oublier son acné quand on a l’impression que les autres ne voient que ça. Sourire, prendre la parole en public ou même simplement regarder les autres droit dans les yeux devient compliqué. Peur des préjugés, des moqueries éventuelles ou des remarques… Complexé(e), le mal-être peut s’installer rapidement et conduire à l’isolement. On va alors éviter les soirées, les activités collectives ou tout autre loisir avec les autres. Et le stress ne fera qu’aggraver les choses. L’acné peut être très mal vécu. Il est important de pouvoir en discuter, même si ce n’est pas facile, avec un parent, un ami ou un professionnel de santé. Lorsque vous consultez votre médecin traitant ou votre dermatologue, n’hésitez pas à partager avec lui toutes vos interrogations et vos soucis au quotidien. Il saura vous écouter et vous apporter des solutions.

Deux jeunes filles rient ensemble

TÉMOIGNAGE

Clément, 16 ans, lycéen : « Quand on a plein de boutons sur le visage, on peut très vite être catalogué ».

« L’acné est apparue quand j’avais 12-13 ans. D’abord sur le visage, surtout sur le front, le menton et le nez. Ensuite, un peu sur le haut du dos, les épaules et le torse.  Je l’ai assez mal vécu. J’ai eu droit à des boutades par-ci par-là : mes amis me charriaient pour rigoler, mais c’était assez blessant, d’autant plus que je n’y pouvais rien… Mon père avait eu de l’acné lui aussi. Il m’a dit que ça passerait tout seul et il a été plutôt réconfortant… J’ai quand même essayé quelques crèmes, mais ça n’a pas eu beaucoup d’effet. Chaque matin, je me lavais le visage avec un produit nettoyant spécial pour avoir le visage bien propre et ensuite, j’appliquais les crèmes. Le déclic pour vraiment me « prendre en main » ça a été l’arrivée au lycée : c’était pour moi une nouvelle étape très importante… je pensais que si on arrivait avec plein de boutons sur le visage, on pouvait vite être catalogué et que c’était difficile ensuite de se débarrasser de cette image. L’envie de plaire aux filles, c’est ce qui m’a vraiment décidé à aller voir un dermatologue. »

Paroles d'experts

Je manque de confiance en moi. Est-ce lié à l’acné ?

Le Professeur Misery, dermatologue, vous répond.

S’aimer et aimer avec l’acné

« Est-ce qu’il/elle voudra sortir avec moi ? » Vous vous posez peut-être la question et sachez que ce ne sont pas vos boutons qui vous empêcheront d’avoir une vie sentimentale épanouie. L’acné, peu importe son importance, touche 70 à 80% des jeunes. Alors même s’il est difficile d’avoir confiance en soi, surtout lorsqu’on rencontre quelqu’un qui nous plaît, il y a de fortes chances pour qu’il ou elle soit également concerné(e). Donc pas besoin de faire une fixation sur ça ! En revanche, vous pouvez prendre les choses en main en commençant par consulter un médecin, votre généraliste ou un dermatologue. Il saura vous conseiller et vous donnera également des conseils d’hygiène, d’alimentation et des astuces qui vous faciliteront la vie quotidienne avec l’acné. En savoir plus sur la routine hygiène à adopter

Portrait d'un couple de deux adolescents

Paroles d'experts

Quels impacts sur la vie amoureuse ?

Le Professeur Wolkenstein, dermatologue, vous répond.