Tout savoir sur l'acné

L’acné est un passage obligatoire pour beaucoup d’adolescents, c’est pourquoi ce sujet est souvent banalisé. On se dit que ça passera, et on n’en parle pas… Pourtant, rien ne devrait être tabou ou rester sous silence. Toutes les acnés et tous les boutons ne sont pas identiques et si vous voulez mieux cerner votre cas, suivez le guide !

L’acné, souvent présente chez les ados

A la puberté, les hormones se réveillent et ces modifications brutales peuvent provoquer de l’acné. Jusqu’ici, rien de neuf, c’est un phénomène qui touche 70% à 80% des adolescents* ! L’acné survient habituellement vers l’âge de 11 ans chez les filles et 12 ans chez les garçons, et disparaît la plupart du temps entre 18 et 20 ans. Mais il est possible, en particulier pour les filles, que les premiers symptômes apparaissent plus tôt**.

Les adolescents ont-ils le monopole de l’acné ? Non ! Sachez qu’elle peut persister (ou apparaître) à l’âge adulte (25% des adultes sont touchés), notamment les femmes.
Pour prendre le problème à la racine, parlez-en avec votre médecin traitant ou votre dermatologue dès que vous en ressentez le besoin. En savoir plus sur les traitements et alternatives

L'acné en chiffres

Comment se forment les boutons d’acné ?

Petit rappel scientifique : l’acné est en partie due à des modifications hormonales qui peuvent entraîner des déséquilibres localisés dans la peau. Que se passe-t-il plus exactement ? Les pores de la peau contiennent un poil et une glande sébacée. Cette glande sécrète du sébum, une sorte de graisse qui s’étale à la surface de la peau pour la protéger. Mais à certains moments, notamment la puberté, le corps peut fabriquer trop d’hormones sexuelles. Certaines d’entre elles, comme la progestérone et la testostérone, provoquent alors une surproduction de sébum qui rend la peau grasse, favorisant la poussée d’acné. Le canal pilaire peut donc se boucher. Et c’est à ce moment que les comédons apparaissent sous forme de petits points blancs ou de points noirs (graisse oxydée au contact de l’air).

Les étapes de la formation d’un bouton :

  1. Quand le sébum reste enfermé et s’accumule, un petit bouton en relief se forme.
  2. Lorsque l’inflammation s’installe, ce petit bouton en relief devient rouge.
  3. Avec le temps, dans cet environnement inflammé, la bactérie Propionibacterium acnes (aussi appelée Cutibacterium acnes), qui se trouve naturellement sur notre peau, peut aggraver les lésions inflammatoires.
  4. En réponse à cette infection bactérienne apparaît une pustule à tête blanche.

Pas très esthétique, on meurt d’envie de la percer… Mais ce réflexe serait une erreur ! Percer ce bouton serait une agression supplémentaire pour votre peau, qui s’enflammerait encore plus et risquerait d’augmenter le risque de cicatrices futures….

Il existe donc plusieurs sortes de boutons :

  • Le petit bouton en relief est une « papule » ;
  • Celui qui contient du pus est une « pustule » ;
  • Les boutons rouges, douloureux (et supérieurs à 5 mm), sont des « nodules ».

Six photos qui représentent les différents types d'acné En savoir plus sur les facteurs favorisants l'acné

Quelles sont les parties du corps touchées par l’acné ?

Les boutons d’acné sont généralement situés sur une partie du visage que l’on appelle « la zone T ». Le T que forme le croisement de votre nez, de votre front et de votre menton. Facile à repérer, c’est en général celle qui « brille » le plus. Ce sont les parties de notre corps qui contiennent le plus de follicules pilo-sébacés (des petites structures où le poil prend racine et d’où provient la production de sébum). On peut également voir des lésions sur le torse, les épaules et le dos, en particulier chez les hommes. Les formes les plus graves d’acné, telles que l’acné sévère, sont souvent localisées au niveau du visage et du dos. En savoir plus sur les lésions et cicatrices

L’acné, une famille nombreuse

Pour faire simple, on distingue généralement 2 grandes familles d’acné :

  • Les formes communes de l’acné :
      • L’acné rétentionnelle : Signes distinctifs : des points noirs et des points blancs (les lésions rétentionnelles) dus à l’accumulation de sébum. C’est une forme d’acné généralement peu visible mais souvent considérée par les patients atteints comme très affichante.
      • L’acné inflammatoire : Signes distinctifs : des boutons rouges en relief plus ou moins douloureux (papules) qui régressent et disparaissent en quelques jours, ou se recouvrent de pus et se transforment en pustules avec une pointe blanche.
  • Les acnés dites « graves » : Il en existe plusieurs formes. La plus fréquente est l’acné nodulaire. Signes distinctifs : on retrouve des boutons rouges, douloureux et supérieurs à 5mm (nodules) en profondeur dans la peau. Selon les études, cette acné, considérée comme une acné sévère, concerne 10 à 20% des personnes qui souffrent d’acné. ***

Une acné inflammatoire persistante, même sans nodules, peut également être considérée comme « sévère ». Vous ne savez pas de quel type d’acné vous êtes atteint et vous avez besoin d’en savoir un peu plus sur votre situation ? Consultez votre médecin traitant ou votre dermatologue. Eux seuls peuvent faire le bon diagnostic, déterminer la meilleure prise en charge et vous éviter d’avoir des cicatrices.

* Acne prevalence and associations with lifestyle: a cross-sectional online survey of adolescents/young adults in 7 European countries. Wolkenstein P. et al. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2018 Feb;32(2):298-306. doi: 10.1111/jdv.14475. Epub 2017 Sep 6.
** Dreno B. Ann Dermatol Venereol 2010 137 SUPPL2_S49_S51 Données récentes sur l’épidémiologie de l’acné.
*** Epidemiology and extracutaneous comorbidities of severe acne in adolescence : a U.S. population-based study Silverberg J. et al Br J Dermatol 2014 170, 1136-1142.